samedi 16 juillet 2016

Aurore boréale — Horreur méridionale















Nous expliquerons, un autre jour, pourquoi, selon nous, « il y a partout beaucoup plus de fous qu'autrefois ».


Il y a peu d'occasions — pour des gens tels que nous — de trouver les foules bon enfant, portées au silence et à l'émerveillement.


Les feux d'artice — qui simulent les splendeurs des aurores boréales ou les illuminations et les grondements fabuleux des orages — ont ce même effet d'excercer sur les hommes leur pouvoir de fascination — muettte ou exclamative…


Et nous, qui accordons une si grande importance à ce qui reste — malgré tout — de capacité à l'émerveillement dans l'homme d'aujourd'hui, nous pensons à celles et à ceux qui furent fauchés dans ce rare moment d'innocence de leur vie, et, plus encore, nous nous associons — sans pouvoir en ressentir l'insondabilité — à la peine de celles et de ceux qui les ont perdus.




Pour le Bureau :


Héloïse Angilbert & R.C. Vaudey






.



Aucun commentaire: