dimanche 2 avril 2017

Sur la Terrasse du Temps








Sur la Terrasse du Temps
Qu'y a-t-il donc tant
Pour que j'y reste toujours bouche bée
Sans plus pouvoir parler
Ni même penser
À vous regarder
Déployer la vie et la beauté ?


On plante des hibiscus
Des hortensias…
Sous la bienveillante caresse à peine éclose des lilas…
Je m’assois :
J'en reste béat…
Ici l'extase contemplative est un habitus…


J'attends pour ce soir le Messie
— Et pour demain le Paradis…


Absent dans la caresse et le souffle du vent
Son seul avant-goût
Me fait bander…





Le 31 mars 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017




.