jeudi 4 mai 2017

La varappe à l'envers









D'abord on rit
En imaginant la varappe à l'envers
Un sport de téméraires… —
Au milieu de nos rires nos bouches se trouvent :
Et nos baisers nous basculent dans l'Infini…


Dans nos caresses
Je découvre votre grand appétit
[]
Doux comme un enfant
Mais avide et puissant
Comme une maharani


Dans les ondulations et les reptations voluptueuses
De vos merveilleuses []
Je m'abandonne à la vie soyeuse…


D'abord j'entrevois
Longuement —
Le paradis
Ondulant
Pour vous et moi
Entre excès et ébahissement…
Et puis nous y plongeons
Dans de hauts cris…
De tout notre cœur
De toute notre puissance
Et de toute notre joie


Le soir
Nous sommes dans l'infinie tendresse
Les gestes sans voix…


Le lendemain, l'été est là


Tandis que nous sommes allongés
Comme des chats au soleil
Je regarde
Dans le bleu du ciel
S'ouvrir les bourgeons
Sur la ramure de fusain
Du grand tilleul qui se dilate de sève
Comme nous nous dilatons dans ce rêve


Ce pourrait être une plage déserte du Kerala
Et
En un instant
Nous y sommes comme des rois






Le 14 avril 2015
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2015




.