mardi 28 novembre 2017

Château d’amour











Château d’amour






Au réveil — où est le Nord ?
Où est le Sud ?
Dormez-vous à ma droite ?
Dormez-vous à ma gauche ?
Je suis absolument déboussolé…
Dégyroscoporisé



Mais avant…
Dans notre château d’amour
Aux ciels baroques
Et tout pavé de beauté vénitienne —
Quelle splendeur !


Pourquoi le taire ?
Dieu est entière
Dans l’affaire de l'amour humaine…





Le 27 novembre 2017




 



Illuminescence



La Lumière se fait soudain
Dans le scintillement cristallin
Du ciel dans le salon qu’inonde
Enfin toute la beauté du monde…


J’en reste coi.…


J’en reste quoi ?


Un prodigieux silence…
Un sourire…
Un je-ne-sais-quoi


Où étais-tu
Beauté du monde
Et ton enspiralement immense
Où se confondent
Le soleil et le hautbois ?
Toi et toute ta surbrillance
Qui emplit de Joie ?


Ne me quitte pas !
Illumine toujours mes jours !


Que serais-je sans toi ?


Le monde se passerait bien de mes élucidations…
De mes dits…
De mes lois !
Quant je ne serais rien sans toi…


Éblouis toujours mes yeux… Que je vois !
Saisis-moi au détour !
Fais-moi pleurer de Joie !
Toujours!
Comme depuis toujours !
Comme à cet instant tandis que s’élève
Grâce à Dombrecht et son hautbois
L’adagio du concerto en ré mineur


Ravis toujours ma vie !
— Je t’en prie !
Ô cœur du monde !
Fais taire mon verbe…
Ma faconde…
Accoise ma superbe…
Accueille-moi…
Dans ton silence…
Ici…
Dans ta présence…
Ton au-delà…
Qui me laissent sans voix


(Long silence… )


Je t’en prie…
Dans ce nonchaloir infini
Que bercent maintenant les mandolines
Divines —
De Vivaldi…




Le 28 novembre 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017