vendredi 28 septembre 2018

Poésie sensualiste : claire cristallisation de la pure jouissance du Temps











R.C. Vaudey. Poésies III






Les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste. 










Il n’y a pas de plus grande noblesse que de se refuser à ce que la perversité en nous désire et que le cœur nous fait encore repousser.


*


La noirceur et la névrose, la perversité et le vice ont leurs innombrables légions : le nombre n’est pas la marque de la valeur.


*


Ceux qui croient trouver des arguments contre le libertinage idyllique, et contre la sensibilité en général, dans tous ces récits de vies de pervers, évidemment malades et proches de certaines formes lugubres de démence, méconnaissent que rien ne justifie mieux la sentimentalité abandonnée que ce singulier pouvoir d’exister au milieu de ces destinées misérables, livrées à la triste stérilité poétique de la débauche orgiastique, dans une société de fous prosélytes et festifs.


*


La compagnie d’une belle française comble de joie le sensualiste impénitent. Richesse de la sensibilité, incomparable grâce veloutée des ondulations amoureuses, et surtout admirable et délicate ardeur sentimentale, que nul ne peut ni ne veut jamais oublier.


*


Lorsque, dans l’amour charnel, la possibilité même d’une transcendance poétique s’avère impensable, le divertissement sexuel reste possible — mais perd tout intérêt.

.
*


Le sensualiste est le conseiller du possible et l’inspirateur du nécessaire.


*


Jouir n’est pas passer de l’immanence à la transcendance mais de la séparation à la contemplation.


*


Le geste, plus que le verbe, est le véritable transmetteur des émotions.


*


Les progrès du « progrès » obligent à être des Libertins-Idylliques.


*


Pour le progressiste moderne, la dureté constitue le chic suprême.


*


Une erreur possible pour un esprit libre attiré par le libertinage idyllique consiste à croire que la polémique pérenne des libertins contre les religions trouve son dénouement dans le projet sadien — quand il n’en est que le cul-de-sac – ou l’inverse.


*


Tradition, propagande, hasard et misères caractérielles façonnent les amours.
Nous ne choisissons qu’après analyse.


*


Sans amant délicat pas d’amante sensible.


*


En découvrant l’extase harmonique, les amants croient découvrir le sens du monde alors qu’ils ne font que retrouver l’Éden.


*


Dans une même époque, les amours n’ont pas tous la même densité.


*


Seuls les poètes et les amants heureux savent être sédentaires.
La médiocrité nomade inquiète voyage et s’en vante


*


La grandeur d’un manifeste requiert parfois des années avant de devenir manifeste.


*
Nous autres Libertins-Idylliques nous laissons aux imbéciles le plaisir de croire que les transgressifs pubertaires sont de hardis penseurs d’avant-garde.


*


Toute intrigue sadienne débute par l’abus d’une innocence. À commencer par celle, dans leur enfance, de ses instigateurs.


*


Les textes sensualistes paraissent risibles aux contemporains quand ils seront d’une surprenante profondeur à la postérité.


*


Il est des hommes qui ne sont doués que d’une raison simple et droite, sans une grande étendue ni sans beaucoup d’élévation d’esprit, et à qui cette raison simple suffit pour leur faire mettre à leur place les égarements dans le domaine de l’expérience amoureuse et de l’art d’aimer, pour leur donner le sentiment de leur dignité personnelle, et leur faire apprécier ce même sentiment dans autrui. J’ai vu des femmes à peu près dans le même cas, qu’un sentiment vrai, éprouvé de bonne heure, avait mises au niveau des mêmes idées. Il suit de ces deux observations que ceux qui mettent un grand prix aux égarements sur ce sujet sont les plus malheureux de notre espèce. Et nous aussi, lorsque cela nous arrive.




*




La poésie sensualiste ne fait pas partie des étapes de l’histoire de notre langue, c’est la claire cristallisation de la pure jouissance du Temps.










Le 6 juillet 2012