dimanche 18 octobre 2015

De nobilitate et præcellentia Fœminei sexes (Sur la noblesse et excellence du sexe feminin)






Gustave Courbet
L'Origine du monde
1866







Mystère de nos extases…


Rires et soupirs
Délicatesses de nos caresses
Fraîcheur de nos cœurs
Hypersensibilité de notre réflexivité
Hyperpuissance de notre aisance
De vos constrictions
De nos ondulations
Involontaires —
De nos abandons
Chaloupés —
Aux rythmes primaires
De notre souveraineté
Déployée

Jouissance des puissances
Grandes pénétrations et danse
Joie, sanglots et cris
Tempi
Rubato et a piacere… – :
Largo
Adagio
Moderato
Allegro…
À l'envi… —

Assise affirmée
Et débordance de la vie et du vit
Éployés
Volupté et merveilleuse magnificence
De vos fragrances musquées
Jouissance de notre transe
Presque jusqu'à l'inconnaissance
- Moi au final voulant toujours butiner…
Vous n'en pouvant plus sinon à gagner l'acmé… —


Pause évanouie


Puis reprise du « constretto »
Tempi :
Largo
Adagio
Moderato
Allegro
Vivace
Presto…
Toujours rubato…
Et toujours a piacere…
Sans quoi la grâce s'envolerait… —
Mais cette fois ad libitum…

Mystère et miraculeuses
Violence et munificence de notre extase
Pleurs et cris
Puis disparition
Là où nous sommes tombés —
Dans ce qui doit être — au minimum… —
La Quatrième Dimension
À moins que ce ne soit l'Apocatastase
Mais alors à son maximum…


Le soir
Amoureux nonchaloir
Puis — le matin —
Chocolat et pain
Mots d'amour câlinés
Enfancemasculinitéféminitémêlées
Et
Par-dessus tout et partout :
Silence


Décor :
Ciel et granit gris enlacé
Des splendeurs du rouge
Des vignes vierges
Elles aussi… —
Dans la beauté de cette campagne qui nous héberge
Où rien ne bouge


Depuis que nous nous sommes rencontrés
Tout mon cœur vous appartient
Quand toi tu m'as donné tout le tien… — 
Dans un monde si infernal
Quel autre Graal ?


Et j'en suis toujours à me demander :
Comment vous remercier ?…




Le 18 octobre 2015

Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2015 







.