mardi 16 septembre 2014

Jouissance du Temps









Ce qui me frappe d'abord
Tandis que je dors
C'est la douceur et l'extrême silence
Qui nous entourent
Dehors

Ensuite
Lorsqu'après mon réveil je sors
Ce sont la chaleur
Et le bleu du ciel immense
Qui me caressent
Sensuellement
Comme une amoureuse chance…

Je marche sur le chemin…
La vigne des murs déjà rougeoie…
Des petites fleurs jaunes sauvages
Lui font comme un parterre…

Voulant dire cela à mon secrétaire
Je ne le peux pas…
J'en reste tout d'abord coi…

Avant l'amour
Mû de désir ardent
Je voulais peindre des scènes voluptueusement explicites…
Après l'amour
Émerveillé et absorbé
Dans la beauté des jours
Je ne le pourrais pas…
Cela ne m'intéresse pas…

C'est ce sentiment extrême
Qui nous saisit 
Après nos rires —
Dès que l'on s'aime
Qu'expriment si intensément
Nos baisers
Nos caresses
Et nos grands mouvements d'abandon ardent
Voluptueusement explicites —
Que l'on retrouve bien plus tard
Le soir
Après nos siestes
Au coucher
Lorsque nos mains se joignent
Et que l'on reste
Dans la paix de la nuit
Sans pouvoir parler
Enveloppés dans le silence
Immensément caressant
De cette amoureuse chance
C'est cette sensation extrême
Cet Indicible
Cette amoureuse béatitude
Comme une miraculeuse habitude
Voluptueusement mystique
Ce sentiment de l'amour
Sans voix
(Que
Faute de mieux
Je nomme
Contemplatif — galant…)
Ce à quoi l'amour et la vie doivent tendre —
Que je voudrais rendre…

Mais par quoi ?
Quel artifice ? 
Expressionnisme-abstrait ? 
Figuratif ?
Non ! 
Expressionnisme-contemplatif — galant !

Peindre le désir est simple... mais peindre la jouissance du Temps !…





Le 16 septembre 2014





Jouissance du Temps
90 x70 cm
Le 16 septembre 2014






.