samedi 11 avril 2015

BREF CONTEMPLATIF — GALANT DU CHAOS suivi de BLITZ BLISS









Où l'on verra ce que vit le malheureux Turc, juif séfarade, Albert Caraco — profondément meurtri par l'injouissance —, observé, cette fois, par un gentilhomme de fortune français, par ailleurs "inventeur" du sensualisme contemplatif — galant ; et où l'on comprendra comment ce qui désespère ou fanatise l'injouissant, libère le libertin extatique, et sa « folle Raison ».

Où l'on ira, donc, du « Rien n'est vrai, tout est permis » au « Rien n'est vrai, tout est possible. »








R.C. Vaudey. Poésies III


Les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste. 







La mort étant le sens de toute chose, il est permis de supposer que l'Histoire, ayant commencé, devra finir. Il fut un monde avant l'Histoire et l'on présume que l'Histoire, étant vivante, n'a pas le privilège de l'éternité, le Salut préludant où l'Histoire cesse.

Car la contemplation existait bien avant l'Histoire et l'Homme est en premier un jouisseur contemplatif, il l'était au moins depuis cent mille ans, lorsque la parenthèse de l'Histoire s'est ouverte, et, quand elle se sera refermée, l'Homme subsistera sans elle, avec l’amour contemplatif — galant et la jouissance du Temps, ses fins dernières, — qu’elle lui aura, par nous, apprises.

Alors et seulement alors, l'Histoire aura pris sens en prenant forme, et, devenue un tout, elle sera l'objet des méditations intemporelles de l'espèce, mais aujourd'hui l’Injouissant ne peut que s’interroger sur elle et la subir à l'égal de ses œuvres, sachant qu'elle le mène à sa perte.

En vérité, les Injouissants — qui sont au moins de deux sortes : les sectateurs de l’idolâtrie concentrée et les sectateurs de l’idolâtrie diffuse — courent à la mort le long d'un plan toujours plus incliné : ils y glissent et s’y précipitent, ivres et consentants.

Les sectateurs de l’idolâtrie concentrée sont les sectateurs du Père, et plus ils le sont et moins ils craignent de périr — et plus la mort leur paraît une fête où se renferment leurs raisons de vivre.

Les sectateurs de l’idolâtrie diffuse sont les enfants historiquement pervertis par le règne du Père, qui s’en libèrent, et plus ils se libèrent de ses impératifs et plus ils libèrent les pulsions, secondaires, destructrices et autodestructrices que ce règne avait produites, — et plus ils souhaitent de périr et plus la mort leur paraît une fête où se renferment leurs raisons de vivre (Cf. Sade).

De sorte qu’un monde peuplé d'Onanistes et de Sodomites est aussi misérable que le Vieux Monde patriarcal — voilà la triste vérité.

Ainsi — pour les Injouissants — la rançon de leurs obéissances, comme de leurs transgressions, n'aura jamais été que l'holocauste.














BLITZ BLISS



Enfin
Le Blitz Bliss nous ravage :
Étroit détroit
Étui réduit
Ardue ardeur
Et moi et toi
Émoi de rois…
Puis
Comme un coma…
Et
Au réveil
Un nirvāṇa…  






EXTASE
Acrylique sur toile
Juillet 1993
320 x 210 cm





.