dimanche 29 septembre 2019

Noces mystiques






L'amour est un vrai miracle
Qui vient se couler
Tendrement
– Ardemment —
Dans la mélancolie du moment


Personne ne peut imaginer
Sauf à l'expérimenter —
Que des humeurs sombres
Puissent prédisposer à tant de sincérité
À tant de simplicité caressante
À tant de complicité riante
À tant de volupté extasiante
Entre deux amants
Que le spectacle de la Société du Spectacle
Et quelques-uns de ses autres inconvénients —
Fatiguent — évidemment


Et pourtant


Rires
Baisers et caresses énamourées
Dissolvent en un instant
Cette chape de plomb que distille nécessairement
Ce temps


Et la Beauté de la vie l'emporte
Sans même s'en soucier —
Sur la bêtise et le malheur programmés
Environnants


On ouvre d'un coup tout grand les portes
De ce royaume de félicité
Qu'offrent :
La connivence de ceux qui s’aiment
Un toit
La liberté
Le silence
La santé
Et du temps devant soi
Dégagé de toute obligation —
Toutes choses qui sont les ingrédients
Nécessaires à ce Grand Œuvre
Qui
Lorsqu'on les possède —
Ne souffrent pas qu'on ne fasse pas
Jaillir de cette chape de plomb
Que j’évoquais précédemment —
L'or du Temps
Car posséder chacun de ces éléments
Est en soi un privilège
Rare, au fond —
Qui oblige
Délicieusement —
Les poètes et les amants…


On n'arrête pas ainsi le monde à sa porte
Pour seulement lui faire rendre compte
Comme le pensait Nietzsche… —
On l'arrête pour entrer dans l'Unique Dimension
Et redevenir la manifestation éblouie
Du miracle du Sans-Nom
Dans cette présence-absence
Immobile ou en mouvement —
Proprement hors du temps
Où nous saisit la Grâce
Pour entrer de nouveau dans la Présence
Réintégrer notre Déité
L'Absolu
Le Brahm des Hindous
Quel que soit le nom que les fantaisies religieuses ou idéologiques
Qui déterminent cependant la conscience et la vie de leurs partisans —
Ont tissé autour de l'Indicible
Primordial
Invincible
Mais dont l’expérience est toujours menacée cependant


Et je repense
Le cœur et le corps débordants
– Souriants —
À ce merveilleux mouvement
Qui nous inondait d'abandon
Finalement —
Qui nous a menés
Lors de nos noces mystiques
Ce tantôt —
Dans ce séjour béatifique
Que manifeste encore
Le halo
De tendresse mirifique
Dans lequel nous baignons
Dans cette nuit idyllique

Et je remercie…
Et je bénis la vie…
À nouveau…









Le 28 septembre 2019
R.C. Vaudey
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2019







.