mardi 28 mai 2013

Les idées s'améliorent...







R.C. Vaudey. Poésies III

Les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste. 





Il est injuste d’exiger d’une âme maintenue dans un infantilisme amoureux incurable, qu’elle ait la même vigueur que d’autres arrivées à la complétude. Est-on surpris qu’un enfant ne puisse ni penser, ni chanter, ni prôner les plaisirs de la vie comme un homme fait ? Ne serait-il pas plus étrange qu’il fût comme un adulte formé et en pleine santé ? Et, puisqu’il n’a jamais goûté que des fruits verts, on ne saurait lui reprocher de ne pas connaître les délices des fruits mûrs et gorgés, et personne ne peut lui en vouloir de ne pouvoir les encenser : refuserons-nous à un homme qui n’a jamais connu — seul, à deux, ou en groupe — que les plaisirs infantiles — et plus ou moins envenimés — de l’auto-érotisme « à prétexte », où se limitent les pulsions partielles, le privilège que nous accordons à un enfant ? Et oserons-nous assurer qu’il n’a jamais eu le courage d’aller à la plénitude charnelle et sentimentale celui qui — formé par Georges Bataille, le marquis de Sade ou Marc D’Aurcelle — aura manqué à en entendre parler, dans une société où elle ne présente aucun intérêt — comme tout ce qui est poétique et sentimental ?

*

Il est faux que les sensualistes, possédant de bonnes qualités, très utiles aux autres, ne sont à eux-mêmes d’aucune utilité; comme un cadran solaire qui, placé sur la façade d’une maison, est utile aux voisins et aux passants, mais pas au propriétaire qui est chez lui : ils ne doivent qu’à eux-mêmes, et à leurs bonnes lectures, d’être là où ils sont — et où ils se plaisent tant à être.

*

L’expérience de la complétude amoureuse est ce qui donne de l’autorité aux réflexions sur l’amour ; tandis que les jeux de la prégénitalité énervent toujours la personnalité et le discours.

*

Ceux qui ne peuvent comprendre la vie amoureuse que comme le coït reproductif — ou analgésique —,  et ceux qui la comprennent comme « jeux érotiques », et qui, les uns et les autres, veulent limiter cette « vie amoureuse », ainsi diversement comprise, au seul sexe opposé, le font sur la base de préceptes moraux ou religieux — et ignorent eux-mêmes ce dont ils parlent. Pour une individualité dont le mouvement vers la maturité sexuelle et sentimentale a été bloqué, et qui reste dominée par les pulsions partielles, il n’y a finalement aucune autre raison que morale ou religieuse à préférer le sexe opposé puisque, de fait, tout se prête à ces jeux.

*

C’est parce qu’elle, seule, offre « l'abandon en absolu simultané à la gloire orgastique et à l'extase qui la suit [qui] signifie tout à la fois la réalisation puissante, totale, incontrôlée de ce principe même du vivant, et l'accession à cette forme particulière de béatitude qui est le cœur même de l'humanité, puisqu'elle n'appartient qu'à l'humain et que seuls les humains peuvent connaître la rencontre élégante, belle, puissante, extasiée, amoureuse qui aboutit à cette jouissance et à cette extase-là ; que seul sur la terre parmi toutes les créatures l'Homme peut jouir ainsi ; de sorte que la conscience extasiée que cette jouissance amoureuse des amants — telle que je l'ai définie — permet d'atteindre est vraiment ce qui est typiquement et uniquement humain. » qu’il faut préférer — lorsque la vie vous fait la grâce de vous l’offrir — la génitalité telle que, après Ovide et W. Reich, nous la définissons. Et pour aucune autre raison.
Et c’est ce point qui nous oppose, nous autres moralistes sensualistes, à toutes les sortes de moralisateurs.

*

Une personnalité dominée par les pulsions partielles est trop tourmentée et trop ardente — mais d’une ardeur mauvaise — pour avoir du goût pour le libertinage idyllique. Pour avoir du goût pour le libertinage idyllique, il ne suffit pas d'avoir en soi la faculté de goûter les belles et douces choses de la complétude amoureuse — faculté qui déjà est si rare —, il faut encore du loisir, une âme libre et vacante, redevenue comme innocente, non livrée aux fixations infantiles, non affairée, non bourrelée d'âpres fantasmes sadomasochistes et d'inquiétudes et de divagations prégénitales ; une âme désintéressée et même exempte du feu trop ardent du désir exacerbé — tel que le façonne la sexualisation de la souffrance passée ou présente —, non en proie à sa propre veine insolente ; il faut du repos, de l'oubli, du silence, de l'espace autour de soi. Que de conditions, même quand on a en soi la faculté de les trouver, pour jouir des choses délicates de l’amour accompli. !

*

François de La Rochefoucauld a exposé les raisons de la prospérité de la négativité : « Rien n'est si contagieux que l'exemple, et nous ne faisons jamais de grands biens ni de grands maux qui n'en produisent de semblables. Nous imitons les bonnes actions par émulation, et les mauvaises par la malignité de notre nature que la honte retenait prisonnière, et que l'exemple met en liberté. »
Rendre la malignité encore plus maligne, en la livrant fièrement à la publicité — et la honte, honteuse — est donc le programme de toute domination moderne, c’est-à-dire s’appuyant sur la dissolution — tandis que les formes anciennes ordonnaient de combattre la première, et d’accentuer la seconde.
Plus généralement, c’est aujourd’hui le moyen qu’il conviendra de préférer à tout autre pour dissoudre les peuples — qu’unissent toujours de mauvaises et belliqueuses raisons — et les individus, dans le même mouvement ; — ce qui permettra de s’en assurer le meilleur contrôle et d’en tirer le meilleur profit.

*

La beauté de l'amour consiste à aimer un être honnête et délicat — en l’étant soi-même.

*

La galanterie suprême de l'amour est de nous faire vivre des choses miraculeuses d'une manière habituelle.

*

C’est un homme très averti de la malice humaine qui a pourtant écrit — le plus exquisément et le plus justement — sur la constance en amour : « La constance en amour est une inconstance perpétuelle, qui fait que notre cœur s'attache successivement à toutes les qualités de la personne que nous aimons, donnant tantôt la préférence à l'une, tantôt à l'autre; de sorte que cette constance n'est qu'une inconstance arrêtée et renfermée dans un même sujet. »

*

Je ne suis pas l'un des prophètes pour ces temps présents bien que le silence m'enveloppe. Ce que j’ai à dire à quoi serait-il bon au monde d’aujourd’hui de l’apprendre. Il a déjà les procédés de la mode, ses martyrs et ses morts-vivants, et dix mille sortes de partisans de dix mille mouvements, tous plus fanatiques les uns que les autres : qu’il s’en contente. Je ne viendrai pas en grossir les rangs.
Je persévère dans la voie que je me trace et cette voie est désormais ouverte ; nous y serons longtemps seuls à marcher à deux — et c’est tant mieux —, mes idées manqueront à ce monde et à ceux qui l’adopteront : hommes d'ordre ou transgressifs.
Je ne suis pas davantage un transgressif qu’un homme d’ordre, les deux me font pareillement horreur, et je m'établis au-dessus de leur querelle, je romps d'avec l'alternative en assignant un nouvel axe à l’art de vivre et d’aimer : je veux que le sensualisme princeps, dépassement dialectique de la vieille opposition entre le patriarcat esclavagiste-marchand — qui a, et aura, façonné l’Histoire — et l’ancestral matriarcat préhistorique, préside — s’il le faut sur les ruines de ce qui aura été l’Histoire — à l'établissement de la Cité future, et je déplace tous les signes : ce qui fut négligé ne doit plus l'être et ce qui ne l'est pas encore le deviendra sans faute ; ma révolution la voilà toute, elle s'amorce sous nos yeux et mes idées la réfléchissent.
Ce n'est pas l'utopie que je professe, c'est une vérité que j'entrevois.


R.C. Vaudey


Juillet 2012









.

mercredi 22 mai 2013

Dans un nuage...









On vit dans un nuage
— Qui est une pluie continuelle —
Dans ce merveilleux écrin de verdure
— Sur-gorgée d'eau —
Au creux duquel
— Dans les émerveillements qui forcent au silence —
Nous reposons
Où la mousson
Qui se déchaîne maintenant
— Que l'on remarque à peine —
A fait soudain
Tout autour de nous
Comme un diamant d'eau
D'une densité extrême
Au cœur duquel
Nous serions le véritable joyau

C'est aussi l'infinie douceur
Qui enveloppe nos rires et nos caresses
Une douceur incommensurable
Et une vraie joie
Si délicieuse
Qu'elle couvre de nos ris
Le bruit
— Que l'on ne remarque même pas —
Que fait la pluie
Sur le plancher
En traversant le toit
Et le plafond
Tandis que nous nous abandonnons
— On ne lutte pas contre la mousson
Elle imprègne tout – on s'y confond —
À la félicité de nous aimer
Au centre du vaste monde
Qui est le cœur de notre immense lit
Épargnés
Au milieu même de la chambre des extases
Démesurée
Tandis que
Tout autour de nous
Le monde dégoutte
Et dégoûte aussi — je l'admets…
(Où les hommes
Fidèles à ce que l'on en connaît
Quand ils n'égorgent pas leurs enfants
Mangent le cœur de leurs ennemis
Et où l'on a honte de ses vêtements
Quand on voit
Comment
Pourquoi
Et pour qui
Les esclaves qui les ont faits
Sont écrasés...)

Sûrs-délicats
Sûrs-aimants
Sûrs-amoureusement
Par nos baisers profonds
On laisse monter le mouvement ondulant
De nos bassins et de nos corps caressants
Puis
Quand il est plus que temps
On s'épouse…
Miraculeusement…

Je conforme délicatement
L'offrande de mon âme
À votre attente s'y aboutant
Et vous
Progressivement
M'offrez en retour
La plus somptueuse
Des caresses onctueuses
De l'amour enveloppant…
Profondément pénétrée
De cet amour caressant
Qui sourd de moi
Dans ces grands mouvements
Puissants et négligents
Tout à la fois…

— Et
Dans ce moment
Ce qui se fond et se débonde
Comme tout autour de nous l'eau et le monde
C'est cette prodigieuse reconnaissance amoureuse
Bienheureuse
Que j'ai pour toi
À cet instant
Et que
Dans ce même mouvement
D'insouciance absolue et d'abandon
De toi pour moi
Je sens

S'aimer ainsi caressemment
Au cœur d'un diamant
D'eau dense
Noyé dans un écrin luxuriant
De verdure
Est un luxe riant
Et un peu comme une danse
Que rien n'attend
Et qui donc dure…


À un moment pourtant
Submergés par le ciel
Nous nous y abandonnons
Comme à un impétueux torrent
Qui gronde
Sans répit et entraîne
Et toujours reprend
— Le même probablement
Que celui qui
Au même instant
Notre jardin emmène

Au réveil on se régale
On rêve en se caressant
Et vous avez pour moi de touchantes tendresses
Tandis que peu à peu la pluie cesse

Quelques jours après
Très étonnamment
Au moment même où j'écris ce poème
Vous vous endormez telle
Une coccinelle
Des prés et des fossés
Puis vous regagnez notre maison
Et
Grâce à la chose et au tempo parfait
Nous l'en sortons…

Cela fait
Insouciant
Je reprends
Comme si de rien n'était
Et j'ajoute…
Cette petite touche…







Le 20 mai 2013.


R.C. Vaudey


Journal d’un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2013




.