dimanche 7 septembre 2014

Le temps fasse que de ce qui occupe aujourd'hui les Hommes rien ne soit resté







Le 2 août 1996





Opulence sexuelle
De calme
De sensations
D'ondoiement
De puissance
De turgescence
D'Ardeur

Opulence sexuelle
De sensations
De calme
De caresse
De sentiment
De puissance
D'Ampleur

Notre art est un bel art
Qui ne tolère pas de diversion
L'amour est tout le charme
À lui seul

Laissez le reste, le monde
Qui est si lourd
Si bête
Si agité

L'amour est le seul art
Amples pénétrations aimantes
Aimées
C'est si peu dire des deux —
Caressantes savourées
Main sur le front
Petits baisers
Bouche assimilante
Enamourée

L'amour la poésie l'humanité
Nous ne faisons que ça…
Du reste rien ne nous plaît…

Notre seule vie
Notre seul art
L'unique beauté
L'exquise noblesse
Des sentiments
De la sensitive
Partagée

L'amour est notre seul art
Opulence sexuelle
Sentimental raz-de-marée

L'amour est le seul art
Ondoiement de rêve
Cœur caressé
L'exquise noblesse de la sensitive
Des sentiments partagés

Le monde peuplé de pauvres
Pauvres ou emmilliardés —
Jacasse
Troupeau sans âme
À l'humanité atrophiée
Soumis aux lourdes tâches
Ombre de réalité

L'art de l'humanité
Se cherche s'esquisse
Puis s'explandit
Loin et près du monde
Qui tire sans fin son infâme misère
Ses lourdes tâches
Creuse des routes
S'agite en vain

L'exquise noblesse
L'unique beauté
L'opulence sexuelle
Le sentimental raz-de-marée

Nous ouvrons la route des humains
Là-bas à l'extrême pointe
De l'extrême avancée
De leur très unique beauté
Enfin dévoilée

Frères humains
Qui après nous vivrez
Soyez l'expression vive
Du vivant
Belle
De la beauté
Trop humaine
De l'humanité

Le temps fasse que de ce qui occupe aujourd'hui les Hommes rien ne soit resté
Que cette extrême pointe de cette extrême avancée
De la culture
De la civilisation
De la poésie
De l'humanité
Où la belle Héloïse
Et moi
Aujourd'hui nous sommes

Frères humains que votre unique art
Soit l'exquise noblesse
De la sensitive
Des sentiments
Partagés
L'ondulant extasiant sentimental raz-de-marée
La poésie 
L'humanité

De l'extrême pointe
De cette extrême avancée
Où nous sommes
Nous vous saluons






Le 28 avril 1996



Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 1996




.