lundi 22 mai 2017

Le chœur des arbres — Vair et velours — Souveraineté






Le chœur des arbres




Le petit vent joueur
Se croit bien à l'abri
Dans son invisibilité
Eh non ! C'est bien lui
Que je vois jouer
Au loin dans les prés
Avec les grandes herbes folles
Qu'il entraîne dans une incessante farandole


Le chœur des arbres qui ondulent
Le mugissement qui balaie les collines
C'est encore lui qui caresse ou bouscule
La beauté du monde qu'ainsi il câline




Le 17 mai 2017






Vair et velours 



Mes mains irradiantes
Comme décuplées de mon sang battant
Comme il bat dans la plante de mes pieds
Le []épais
Le vôtre gaînant merveilleusement
Comme une sublime bouche de vair
Ou un majestueux gant de velours
Nous avançons au milieu des Vertes Prairies de la volupté
Auprès desquelles le Paradis des Chrétiens est moyen
Celui des Juifs ou des Mahométans du flan
Le DevaChan des Bouddhistes et autres Taoïstes triste
Et le Walhalla des Norvégiens rien


Et le lendemain :
La sublime sérénité 
Et le diagnostic détaché
Assuré
Insoucieux
Noble
Orgueilleux


Nous sommes des inventeurs bien autrement méritants
Que tous ceux qui nous ont précédés
Des musiciens même
Qui avons trouvé quelque chose comme la clef de l'amour


L'amour était une énigme…
L'amour contemplatif — galant en est la clef…







Le 19 Mai 2017










Souveraineté





Le monde ramassé à quelques collines
Aux chants de quelques oiseaux sauvages
Et aux facéties de deux autres — domestiques
(À l'instant même où j’écris ceci
Leur “attaque” taquine d’un chat alangui
Délicatement ouvert au soleil
Et qui doit bondir pour éviter leurs becs)
Le monde ramené à Monteverdi
Ou — comme hier soir — à Haendel
La vie comme jouissance de la plus intense volupté
Et je regarde la misère
Considérée sous ses aspects
Sentimental
Poétique
Sexuel
Voluptueux
Environnemental
Musical
Intellectuel
Caractériel
Et j’en passe
J’observe les ravages
Des hommes et de leurs paysages —
Dus à la perte de la souveraineté individuelle
Donc à l’injouissance
Et le monde qui en découlent


Heureux ceux qui ont pu arrêter ce monde
À leur porte
Pour lui faire rendre compte






Le 21 mai 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017