mardi 31 juillet 2018

Airs de Folia obsesseurs — Mystique douceur








Au pied des cascades
Dans la fraîcheur du jardin
En contrebas du château
Vous marchez pieds nus
Dans le petit cours d'eau


Les falaises blanches
Le cristalloir
C'est un monde de beauté minérale
Qu’enchante encore Bartolomé de Selma y Salaverde




On goûte le soir
Dans un village ancien
Où viennent plus tard
Nous éblouir encore et nous émouvoir
Les musiciens



Puis on repart
Dans la nuit chaude
Légers comme les amants rassasiés de merveille
Que l'on est
Et l'on retrouve enfin la vallée
Avec ses coteaux empierrés
Rôtis par le soleil :
On sent les caves où dorment les vins
Les belles tables
Les mets fins

C'est chaleureux
Voluptueux
Ce n’est plus du tout cristallin


Ça sent aussi l’otium
Bref, c'est romain

Même si la plupart n'en savent plus rien


Résonnent encore pour nous la flûte et le clavecin




R.C. Vaudey
Le 30 juillet 2018
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2018



.