jeudi 17 novembre 2016

Variations Goldberg










Dans la splendeur de ce jour
Aller dans la Beauté
À travers les bois et les prés
Par les petits sentiers de terre
Enivré seulement de l'air
Comme embrassé et chevauchant de l'Estre
Non seulement la partie émergée
Mais sa totalité
Pour le dire comme Heidegger
Et puis rentrer 
En dévalant les pentes  
Pour écouter 
— Contre toute attente
Et
Tandis que les notes s'élèvent
Et s'en vont à la venvole
Rester sur cette mystique grève
Ému aux larmes et frivole
Et
Jusques au soir
Ainsi nonchaloir


Repenser comme à la brise du jour
À ta chevelure nue que j'ai
Pour enfouir mes yeux d'amant
Pour le dire comme Mallarmé
Et à ta toison chaude
Comme un merveilleux écrin
Où s'enchatonner
Lorsque la gourmandise de volupté
Nous taraude
Comme une joie d'impatience partagée


Et remercier
À chaque instant
La vie de la vie


Infiniment







R.C. Vaudey

Le 16 novembre 2016

Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2016





.