mardi 31 décembre 2013

Le bleu du Temps





LA MUSIQUE DE L'AMOUR ET LE BLEU DU TEMPS

Dans la douceur et la splendeur
De l'année finissant
Dans le soleil et le bleu du temps
Entre deux fêtes en tête-à-tête
Qui sont autant d'émerveillements —
Dans le calme et la création de leur préparation
Nous négligeons l'époque
Dans notre grand lit d'amants

Dans nos caresses et nos baisers
Je ne peux qu'admirer
Votre parfaite disposition à aimer
Ainsi que la façon dont le ciel vous a faite —
La parfaite droiture de votre cœur
Qui vous a été donnée —
Et cet abandon et cette spontanéité
Que nous nous sommes offerts
Que nous nous sommes créés

Je pénètre donc votre cœur
Avec ce mélange de douceur et d'ardeur
Que m'inspirent notre joie et nos rires
Et avec ce grand appétit gourmand
Qui ne va qu'en augmentant

Aimant et ardent
Je connais parfaitement la partition que nous jouons
Tous les points d'orgue
Les pauses
Les demi-pauses
Les soupirs
Les demi-soupirs
Les cris
Les feulements
Qui marquent chaque moment
Du mouvement mélodique
Du mouvement conjoint —
Qui nous exécute
Que nous exécutons

J'en connais tous les « ornements » :
L'appoggiature
Dont la durée dépend du caractère du moment —
Le trille
Et ses alternatifs battements
Puissants-profonds
Légers-entrant —
Et
Également
Le caractère de chaque « mouvement »
Qui lui détermine la durée absolue
De chacun de ces signes puissants
Que nous fait à travers eux
Le Temps —
Tantôt Largo
Large et lent —
Tantôt Adagio ou Allegro
Prestissimo, rarement... —
Qui nous entraînent toujours
Con anima et Con fuoco
Parfois Maestoso
Parfois Grazioso
Mais toujours
En finissant dans un Tempo giùsto
Con allegrezza
Risoluto et Sostenuto
Au firmament
Des beaux amants


Vous êtes si délicate et si parfaite
Que je vous laisse ouvrir la voie de ce concert
Et vous interrompez ainsi souvent
Tel élan exaltant
Mais qui mettrait fin à vos beaux et puissants mouvements —
Pour nous offrir un plus grand final
Où l'on s'enfonce corps et âme
Tous deux
En se laissant posséder
Musicalement
Harmoniquement
Par la con-corps-dance
Ce seul vrai langage des Dieux
Noble
Passionné
Enflammé
Abandonné
Évident
Que nous avons découvert
Amoureusement
Mais aussi
Que nous nous sommes offert
Que nous nous sommes créé
En négligeant l'époque
Dans notre grand lit d'amants


Et, au réveil
Dans ce monde pourtant abandonné
Au crime et à la désolation… —
L'envie de peindre me reprend…
Tandis que vous êtes fraîche et gaie comme une enfant

Aujourd'hui
Alors qu'en bas la plaine baigne
Dans le brouillard et puis les peines
Ici c'est la douceur et la splendeur
De l'année finissant
Dans le soleil
Et le bleu du Temps
Qui règnent…

Évidemment…


Le 31 décembre 2013







Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2010-2013



.