mercredi 19 octobre 2016

L'amour contemplatif — galant (suite)










L'angélisme amoureux
Janvier 1995









Dithyrambe à l'angélisme amoureux




C'est l'alliance de la force
De la puissance extrême
Et de la confiance
De l'abandon le plus total
Du jeu, des tendresses
C'est un feu bouillonnant
C'est très chaud


L'amour, c'est un bain
Bouillant d'exaltation
Extrême
De tumescence
De braise
De suaves liqueurs
Liquides amoureuses
C'est la confiance
Réalisée


Il ne s'est plus trouvé
Personne
Ou il ne s'est trouvé
Encore personne —
Pour faire le dithyrambe à l'angélisme amoureux


L'angélisme amoureux
C'est la satisfaction
Génitale
La délectation
C'est la vie génitale
Qui bat son plein
Sans autre souci
Qu'elle-même.








Le 2 janvier 1995










Dithyrambe à l'angélisme amoureux (suite)




Nous sommes pour
L'exacerbation des sensations
Amoureuses voluptueuses
Très certainement !
Beau fouteur
Belle fouteuse
Belle et tendre et douce
Beau et tendre et doux


L'angélisme amoureux
C'est un jeu rieur, ému
C'est après
Les passions brûlantes
Torrides
Étonnantes échevelantes
So puissantes…
De l'orgasme
Merveille
Mirobolante —
Le paradis
Illuminé
L'illumination post-orgastique


L'angélisme amoureux
Ne recherche que l'extrême
Béatitude
L'indicible béatitude
Le bonheur parfait
Parfait et joyeux


C'est toujours l'adolescence
Retrouvée mais en
Mieux


C'est le temps pour
Rien d'autre
Que le jeu fougueux
L'enflammée envolée
Du désir heureux
Accompli
Et les mouvements lents
Planants puissants
Délicieux tendres
Aimants élémentaires
Primaires primitifs
De l'amour
Beau sauvage
Beau primitif
Irradiant subjuguant tout
De l'amour
Aux joues belles de rose
De feu
Petit baiser précieux
Et tendre
De l'amour explosion
De sperme jaillissant
Force élémentaire
De l'amour alangui
Paresseux
Rieur heureux
Câlinant en taquineries
Chaudes
De mains brûlantes
De sexe bouillant
Avec le sang battant
Chaud
Là-bas
Dans nos pieds mêlés
Joueur rieur et
Tendre
En silence attendri
Extasié


Serons-nous toujours
Ainsi
Force délicieuse et
Tendre mirobolante
Du vit
Pour l'exacerbation douce
Si douce
Des sensations amoureuses
Voluptueuses
N'ayant pour rien
D'autre le temps ?
  Quand pourrions nous étudier ! 
 Non !
Le jeu le feu
L'amour et sa belle
Folie nos rires nos
Jeux nos aveux
Nos embrasements
Tendres
Nos extases irradiées
Perdues illuminées
En paix fondantes
Ne laissent le temps
À rien 
À nul sérieux
Nous ne connaîtrons
Jamais que le feu
Sa belle jouissance
Le sentiment indicible
De son entièreté
La joie magique des
Amants heureux…
Pas de temps pour l'étude !
Aucune amélioration
Technique érudite
Ne nous viendra
Puisque c'est toujours
Le goût pour l'Éternel
Délié
L'unique réalisation de
Soi
Le beau brame
D'amour heureux
Et le sommeil
Bien illuminé
Sur la grève
De ce que l'on appelle le monde…





Le 5 janvier 1995










Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 1995
in Avant-garde sensualiste 2 ; janvier/décembre 2004
(Première mise en ligne : 21 octobre 2013)






.