samedi 21 septembre 2013

VAGUE





Allongés sur la plage du ciel
Perdus dans la beauté
On se fait rire et on parle
Longtemps
De tout et de rien
Tout est prétexte à nous enjouer —


Ce qui m'étonne
Alors que je vais naître —
C'est que le monde est
Qu'il y ait quelque chose
Tout ce grandiose
Et merveilleux mouvement
Et son infinie beauté –
Plutôt que rien — :
Cela nous laisse riants-émerveillés…


À considérer longtemps ce prodige
On finit par s'enlacer
Et puis par s'embrasser...


Les beaux amants ne connaissent ni ne décident jamais
Le rythme de l'amour qu'ils vont jouer
Et c'est avec surprise
Que je découvre la lente et délicate montée
De celui dans lequel nous sommes emportés…
Tout semble ralenti et comme intensifié
Et tout s'amplifie dans un lent mouvement rêvé
Ce qui est particulièrement inouï
Lorsque à votre invite je vous pénètre…
Et ne l'est pas moins
Dans la suite qui se déchaîne
Dans la splendeur par l'intensité et la lenteur aggravée –
Des mouvements qui vont nous emporter —


De tout ce grandiose
Et merveilleux mouvement
De l'Être et de nos êtres
Et de son infinie beauté
Qui ne fait rien qu'à nous exalter
À nous exulter
À nous magnifier
À nous diviniser
Je ressens encore
De façon très nette
Intimement
Physiquement
Alors que j'écris cela
Sur la Terrasse du Temps
Par le tendre soleil de septembre doucement caressé
À quelques jours de la célébration
De mon arrivée
Sur cette planète
Dont grâce à vous on se souviendra... —
Tous les émerveillements
Et d'eux rien ne me plaît tant
Que l'amour
Ardent
Que toujours je sens —
Du caressement onctueux et chaloupé
Que me faisait tout votre être
Dans l'étreinte enlevée de l'écrin de soie de votre Soi
Sauf
Évidemment
L'impérial interminable dernier mouvement
Et ses immenses vagues
Toujours
Sans cesse
Approfondies
Toujours
Sans cesse
Renaissant
Jusqu'aux derniers délicats baisers
En succions intimes-exquises
Enamourées-épuisées
De tout votre être
Par tout mon être
Extasié


« On ne peut pas connaître la puissance de la vague avant de l'avoir prise »
Est la dernière chose que nous nous sommes murmurée…




Qui ?
Le premier…










Le 17 septembre 2013



.