mardi 11 septembre 2012

La plus abominable des perversions modernes






 Poésies III









Les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste. 









Comparés à la vie qu’offre l’intimité amoureuse, tous les statuts des collectivités humaines sont ridicules et grossiers.


*


L’individu ne naît pas pour inféoder sa personne — fût-ce au maître le plus noble qu’il rencontrerait — mais pour «découvrir» et «exprimer» ce que Ma-tsu nommait l’embryon de sainteté.



*


Il y a des âmes que l’amour n’élève pas, mais qui abaissent l’amour.


*


La concorde océanique des Libertins-Idylliques est remplacée, dans le paradis des transgressifs, par des professeurs de torture.


*


L’ineptie et la niaiserie du verbiage « queer » nous incommoderait, nous autres sensualistes, si nous n’avions heureusement appris, depuis toujours, à n’accorder aucun crédit aux symptômes.


*


« La plus abominable des perversions modernes est la honte de paraître ingénus si nous ne flirtons pas avec le mal. » a écrit, le plus justement du monde, Nicolás Gómez Dávila.


*


L’adhésion double ou triple de l’injouissant contemporain à cette mauvaise époque — qu’il adore — devrait suffire, à elle seule, à guérir n’importe qui de ses utopies réformistes.



*


Madame la duchesse de D. s’étonnait : 


 — « On a reproché à un despote du moment d’avoir fait plus souvent qu’à son tour des parties de filles, et d’avoir abusé — ou tenté d’abuser — d’honnêtes domestiques qui ne demandaient rien ; ce qui n’est pas nouveau mais plutôt la norme sous le soleil glauque, et dans les mœurs, de l’injouissance autocratique ; — ce qui me surprend, c’est la nature — si l’on excepte les filles et la chambrière — tant des compagnon de débauche que des victimes : un usurier, des maçons, des roussins, des proxénètes, des employées d'édition… Aujourd’hui, dans les orgies, la valetaille a remplacé la ducaille… »


« C’est certainement ce qu’on  appelle le comble de la  démocratie » concluait madame la princesse de Bavière — qui ne la goûtait guère.


Chamfort, lui, s’emportait :


« L’amour devrait n’être le plaisir que des âmes délicates. Quand je vois des hommes grossiers se mêler d’amour, je suis tenté de dire : « De quoi vous mêlez-vous? » Du jeu, de la table, de l’ambition à cette canaille ! »


L’Américain murmurait : « Tout de même, ce soleil glauque… » 








Le 11 septembre 2012
.