vendredi 9 décembre 2016

Le sujet et l'intimité
















Les années 60 et 70 du XXe siècle comme redécouverte de la fonction régulatrice — pour les individus inféodés au groupe et pour les groupes eux-mêmes — de l’orgie, et la massification du phénomène nihiliste — qui va crescendo jusqu'à la fin des années 90 — par l’exploitation mercantile et l’autonomisation des pulsions qui se défoulaient dans la transe, dans les sociétés traditionnelles, mais qui y restaient contenues par le labeur et la communauté.


Donc, dans un premier temps, on brise les interdits. On fait tomber les tabous. Sexualité de groupe, plus ou moins sportive et roborative. “À l'américaine”. Plus ou moins complice. Les tabous et le refoulement sont levés rapidement. Cette première “sous-couche”, relativement “récréative” qui apparaît alors sous le vernis social, laisse sourdre des pulsions destructrices et autodestructrices (que l'ancien refoulement et les anciens tabous tenaient relativement en respect) mais, dans un premier temps, de façon peu perceptible et ne faisant que colorer plus ou moins légèrement la sexualité “récréative-roborative” et relativement complice de ces débuts de libération de l'ancien ordre moral, religieux et métaphysique.
Peu à peu — et cela paraît de plus en plus clairement à la fin des années 90 et au début des années 2000 avec le développement d'Internet — apparaît, de plus en plus évidemment pour tous, un raz-de-marée — qui bien sûr s'inscrit dans un processus historique de paupérisation plus générale, d'unification de la planète et donc de la destruction d'autres carcans sociaux, relationnels, régionaux et locaux en quelque sorte —, un raz-de-marée, donc, fait de la violence suicidaire et meurtrière que dissimulait encore cette sexualité “récréative” du début de la mise à bas, par les masses, par les classes moyennes des pays riches, de l'ancien ordre patriarcal religieux et métaphysique.


Ce que ne pouvaient connaître les membres des sociétés esclavagistes patriarcales-marchandes (condamnés, au mieux, à l’orgie saisonnière ou élitiste), c'étaient le sujet et l'intimité. Le sujet et l'intimité, ces inventions du monde chrétien qui, avec son apparition dans l'histoire, commencent un long voyage historique vers le point central de la conscience individuelle et sociale des futurs “maîtres sans esclaves”.
Le sujet et l’intimité, voilà également ce que fuyaient les jeunes révoltés (et, peut-être plus encore, ceux qui les ont suivis) des années 60/70 (les “chapelles” analytiques, politiques, religieuses : Rajnesh, Muehl etc.) redécouvrant l’eau tiède avec l’orgiastique – qui est une fonction de régulation des groupes ou des masses – et le confondant avec l’orgastique qui marque le déploiement du sujet, de l’intimité, de la rencontre, et leur apothéose.

Aujourd'hui, l'objectif est clairement d'être capable d'établir, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, de cette façon-là tout au moins, une intimité égalitaire, jouisseuse, intelligente, entre les sexes jusque-là opposés, entre les hommes et les femmes.

La mise en avant de la sensorialité, le retour aux sens, ne peuvent se comprendre que comme cela.

L'ancien mouvement de révolte contre l'ordre patriarcal ancien, lui, s'est attaché à des versions souffreteuses, nihilistes et mécanistes du corps (la “plasticienne” aux implants, l'espèce de crétin avec sa machine à merde etc.) : le préhumain contemporain lorsqu'il désire dépasser l'ancien ordre patriarcal ne fait que dévoiler la misère que cet ordre a produite chez lui.


La réalisation de l'intimité, le dépassement de cette “défaillance de la faculté de rencontre” dont parlait Debord, citant Gabel, dans La société du spectacle, voilà le propos de ceux qui se veulent post-analytiques, post-économistes et post-idolâtres.


Les sensualistes défendent donc une idée de l'art, de la littérature, de la poésie, de l'aventure, de la philosophie, du libertinage totalement en rupture avec celle que l'on défendait, diversement, jusque-là. Avec la figure du Libertin-Idyllique nous mettons en avant un individu qui s'abandonne tantôt aux fulgurances poétiques, tantôt aux fulgurances philosophiques, tantôt aux fulgurances artistiques — picturales ou autres —, tantôt au farniente, et qui place, au cœur de tout cela, l'intense volupté, le jeu voluptueux, comme voie royale à l'ouverture poétique du Temps. Ce qui signe la fin des râteliers philosophiques, des râteliers des « arts plastiques », des râteliers littéraires, c'est-à-dire aussi celle des écrivains spécialisés, des philosophes spécialisés, des poètes spécialisés, des débauchés spécialisés, et marque l'apparition des voluptueux, héritiers du poète courtois et de l'« honnête homme », qui, dans l'art, dans la philosophie, dans la littérature, dans la poésie, dans la peinture, dans les arts plastiques, dans la réflexion philosophique, déploient ces fulgurances nourries à la source de leur jouissance puissante et voluptueuse du Temps.


Fin historique des besogneux (bien sûr, ils demeurent, avec l'époque qui les porte et qui n'est pas prête de s'achever, et leurs activités avec...) et apparition des voluptueux qui comprennent l'art amoureux comme fin et moyen de la construction des situations. On se situe d'une certaine façon dans le monde, on essaie d'organiser, autant que faire se peut, son temps autour de l'amour, de la volupté comprise ici comme voie royale vers les beaux-arts, non seulement les beaux-arts amoureux, mais les beaux-arts en général, les Lettres, la poésie, la philosophie.

Le dépassement du préhumain contemporain implique l'apparition, dans le cours de ce millénaire, d'un individu à la fois plus léger et plus profond, qui puisse se jouer de tout ce qui s'offre à lui.

Sans nier les notions d'apprentissage dans l'exercice des différentes formes d'expression de la grâce physique, intellectuelle, poétique, nous sommes cette volonté qui veut la recréation du monde, des situations et des caractères par un Homme puissant et léger, relié et profond, voluptueux et contemplatif, et la disparition des lourdes bêtes “cagotes”, “philosophiques”, “poétiques”, “littéraires” et “artistiques” etc. d'aujourd'hui, toutes lourdement marquées par la haine, la volonté de détruire ou de se détruire, le ressentiment, les ruminations compulsives et les projets vengeurs et “méphitiques” de l'analité sadique, le désespoir, toujours à la recherche d'un bon maître, de l'oralité dépressive, les fanfaronnades sadiennes, guerrières et conquérantes, phalliques-narcissiques, le goût “explosif” pour la souffrance du masochisme, la folie histrionique, totalement déconnectée de ce qui profondément la sous-tend, parfaitement inconsciente et donc parfaitement adaptée à ce stade du spectacle marchand, de l'hystérie.


Nous avons posé les bases, pour le grand public, dès la parution du Manifeste sensualiste, d'un stade supérieur du jeu de l’autocréation humaine.








Avant-garde sensualiste 4. Recueil littéraire et artistique. Juillet 2006/Mai 2008 

(Première mise en ligne le 4 octobre 2012) 




.