dimanche 20 août 2017

Illuminescence










Comment rendre la splendeur
Du monde la surbrillance
L’étonnant blanc
Le vert intense
Dans mon cœur ce silence
Dignes de l’enfance
En un mot :
L’illuminescence


Alangui
La tête et la poitrine posées sur la table
Sans pensée
Le regard sans visée
Seuls les petits piafs
Les beaux oiselets
Qui jouent et s’esclaffent
Émerveillent mon âme devenue impalpable
Éthérée
Mon âme éblouie
Adorable


Joie immense
Gratitude intense
Joie !
Joie !
Joie !
Et puis splendide silence


Et je souris :
À l’espièglerie
À la polissonnerie
Et à la fripouillerie contemplatives galantes réunies


Unique sens de la vie !


La vie que je bénis !


J’ai dit !








Le 20 août 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017





.