mercredi 17 mai 2017

Miscellanées contemplatives — galantes







J'ouvre le salon-atelier de peinture :
Ma vie s'offre à moi
En ses couleurs successives
Je sors : les rosiers balancent leurs premières fleurs
Dans un petit air de beauté bienheureuse
Silencieuse


Étonnamment onctueuse et tendre
Dans un merveilleux mouvement
Absolument virginal
Ainsi va notre extase amoureuse sentimentale
(Ce qui se trouve le plus dans l'amour contemplatif galant
C'est la jouissance
Puissante
Paisible
De la sensation
Du sentiment
Du mouvement
De l'arrêt du mouvement
De l'extase sensorielle
Dans une variété de nuances
Qui semblent infinies
Et toujours stupéfiantes
Ce qui se trouve le plus dans l'amour contemplatif galant
C'est l'amour
Et l'émerveillement )


Je vous en dirais tant
Mais je dois m'arrêter de peindre
Saisi par la paix du couchant




Post-scriptum :


Plus tard
Au loin
La chaîne bleue des Alpes
Couronnées de blanc
L'infinité
Le firmament
Ouverts aux doux amants
Le pivert et le coucou
Qui ne lâchent pas l'affaire
Et une trobairitz et un troubadour portugais
Qui nous sauvent des fous
(Quand ni la philosophie, ni l'art, ni la poésie
N'ont encore été sauvés par nous)


Mais est-ce bien tout ?


Vous et moi dans la beauté d'un soir
De jour de gloire
Pour nous seuls amants





Le 14 mai 2017 
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017






.








Aucun commentaire: