mercredi 2 novembre 2016

Dans la Gaillarde et la Pavane du Monde








Embarquement pour Cythère
Antoine Watteau
1718/1719
Genre : Fête galante
129 x 194 cm
Château de Charlottenburg. Berlin.






Je garde
La délicatesse
L'extrême onctuosité
De votre petit sexe merveilleux
Gourmand-ardent
Tout caressant d'un miel moelleux
Tout s'enjôlant à qui mieux mieux
Bien au fond sans pouvoir rêver mieux

Je garde
La soie ondulante de vos hanches
Tandis que toujours mieux
Et profondément s'emmanche
En vous mon vit de bienheureux
Qui m'endanse
Comme un fortuné d'amour, de joie et de chance
Comme le cœur débordant
Qui me dévale en vous en torrent impétueux
De souvenir de forêt profonde
De printemps
De lacs
D'aventures
Et de jeux
Comme une immémoriale ressouvenance
D'une merveille d'adolescence
Comme un régal de compénétration
Et d'égale insouciance
Dans la Gaillarde et la Pavane du Monde
Qui sont on le sait ses mouvements merveilleux

Je garde
Mon abandon irrépressible
À notre jouissance indicible
Mon bassin d'avette
Et le vôtre en fauvette
Le souvenir de vous inonder
Tandis que vous criez
Et d'infiniment vous étreindre
Tandis qu'éperdument pulsatilement vous m'enserrez


Et je garde enfin d'aujourd'hui
Nos tendresses
Nos paresses
Que seuls l'impétueux Bach et ses hautbois d'amour caressent











.

Aucun commentaire: