dimanche 29 octobre 2017

Baisers heureux sur la grève du monde








Baisers heureux sur la grève du monde




Ceux qui ont trop de cette grâce voluptueuse véritablement abandonnée
Qui seule détermine la véritable présence
Les préséances
La noblesse
L’humanité
Vous, moi et Libellule — allongées à mes côtés —
Dans ce soir qui suit le réveil du sommeil d'amour
Dans cette paix déliée
Qui s'enroule et se déroule d'aise…
Seule au monde
Dans cet abandon félin et dans l'oublieuse négligence du reste…
Les rires et la grâce…
Et — par-dessus tout — nos caresses avec…
Le silence…
Le silence… Cet hôte de la jouissance contemplative — galante…


La joie féline
Qui s’enroule et se déroule d'aise
Après nos baisers heureux
Les caresses ondoyantes
Puissamment émues et mues par le sentiment amoureux —
De nos amours lentes
Profondes
Intenses —
L’étreinte
Le concert des vagues de l'âme
— L'âme qui vient finalement s’explandir
Dans le dernier spasme de la dernière onde
Sur la grève du monde
Le monde
Cette vile sécession victorieuse de la misère contemplative…
De la misère galante … 





Le 27 octobre 2017



Libellule






Le Spectacle ? Un cache-misère pour têtes de morts
 



J’arrive en riant de mes deux gallinacés
Tout excitées à ma vue
Et qui de cinquante mètres se précipitent vers moi en courant
Arrivée à six pas
Fauvetta dérape, s’arrête et me fixe
Interdite
Esquisse un rapide mouvement d'invite:
Je suis son coq
Mais je dois en parler à “my little people in India
Auquel je traduis en anglais et avec l’accent
Les événements de notre vie
Comme des petits fous on en rit


Aurais-je envie de bastonner la souffrance qui s’ignore et qui plastronne
Quand on voit clairement que les fastes du Spectacle
(Hollywoodiens et autres… )
Ne sont qu'un triste cache-misère pour têtes de morts — ?
Mais moi aussi je pense que  :

Même en matière de plaisirs nous ne devons pas accepter les références égalitaires : 
Les plaisirs d'un porc sont des plaisirs de porc


L’ordure humaine
La résurgence de la souffrance et des traumatismes refoulés
Il faut les analyser et les revivre à vingt ans
Ou en subir les conséquences et en être torturé pour le reste de son temps






Le 22 octobre 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017





.

Aucun commentaire: