jeudi 15 septembre 2016

Paume ouverte… Soleil au creux






Paume ouverte
Soleil au creux
Entre mes doigts
Éclairs merveilleux


Allongé sur la Terre
— Qui vogue dans l'Infini, l'Éther
Adossé sur son talus herbeux
Caressé par son silence somptueux
Que rythme seulement
De ses branches, de ses herbes, de ses cimes le bruissement heureux
Je joue dans 
Et avec un soleil 
Vaguement venteux
Chaud
Qui me rend bienheureux


Grand souffle d'aise
Dans brise caressante
Quand brusquement
(Alors que je quitte le petit ballet des yeux 
Que me font sur leurs longues tiges élégantes
En avalanche de petites fleurs blanches)
Je me perds 
Grâce plus qu'insigne
Dans le vert
Intense de la vigne
Vierge de moi-même
Je renais soudain au monde
 


Plus tard, après la beauté suprême,
C'est la musique sacrée qui m'inonde








Le 15 septembre 2016








. .

Aucun commentaire: