vendredi 27 juillet 2018

Épurement élégant et galant









Nous réalisons mon Everest
Que je ne pensais jamais atteindre…

Trois jours dans la splendide canicule
À l'ombre du tilleul et
À la fin —
L'atelier d'été
La quatre
La trois
La buanderie
Le four à pain
Font déborder notre cour…


Puis, tout disparaît…


Nous sommes si heureux
Et si légers
Malgré notre travail de Romain


Vivre dans un épurement élégant et galant…
Voilà le point !


Sur la route mauve
C'est l'été absolu…
À un moment, j'entre dans sa splendeur…
Lui et moi ne faisons plus qu'un


Sans pensers
Sans paroles
Soudain, la merveille du monde…


À cet instant, je suis ce vallon étroit et odorant
Où s'accrochent des vignes
Perchées sur leurs chaillées
Qu'on appelle ici challées
Et où survivent aussi
Assoiffés —
Les châtaigniers




Une incandescence miraculeuse
Calme et profonde —
Mille senteurs
Et plus encore de cigales…
Voilà à quoi ressemblait aujourd'hui l’extase







R.C. Vaudey
Le 27 juillet 2018
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2018 




.