mardi 27 juin 2017

Les premiers principes doivent être hors de discussion






Les plus beaux jours du monde
Lorsque nous allions
Dans nos campagnes
Pare-brise baissé 
Écouter Telemann
Portés par le souffle léger de l’Amour


L’amour coule toujours
Dans nos corps et dans nos âmes
Bien après que nous avons déployé
Les ailes de l’ange
De la féminitéetdelamasculinitémêlées
Dansé le hula hoop
Le Ouh là là Houp
Et bien d’autres gigues et gavottes
Qui mènent à cette extase
Médusante
Tonitruante
Contemplative galante
Qui fait passer celles qu’offrent le peyotl
Et les autres différentes camelotes
Pour ce qu’elles sont : des transes idiotes
Des trucs tout juste bons pour des cinéastes
Ou la foule injouissante
Grégaire et vieillotte


Et je revois l’époque
Des Indes Galantes :
La société du Spectacle
Défoncée et balnéaire
Le troupeau des “Beautiful People”
Jet setters” et autres marioles
En toc 
Gonflé à la coke
Auquel j’appartenais:
À bien y repenser :
L’Enfer


Dans cette société de la montre
Arasée et anti-poétique
L'Enfer, c’est les autres
Et l’Homme anti-contemplatif et anti-galant
Camé à bloc
Est malheureux de ses semblables
Qu’il doit singer et dominer
Dans le bruit, la fureur et à chaque instant
Tandis qu’il gigote
Ou prend des poses
Incessamment
Dans le banc
Avec les autres morues, les autres harengs






La liberté et l’amour
N’ont vraiment commencé qu’avec mon exil 
Volontaire
Sur mes terres
Dans mon nouveau Piémont-Sardaigne
Et dans mon vert corps
À trente-huit ans
Comme Montaigne


Jeunes filles, Jeunes gens
Quelque aptitude au jeu, au dépassement
Et à l'amour abandonné
Sans connaissances spéciales
Si beaux ou intelligents
Prenez-en bonne note :
Avec ce monde d’injouissants en ribote
Et de dévots et de cagotes
Toujours tous en tas ou en procession
Les premiers principes doivent être hors de discussion :



Ne vous commettez jamais 







Le 27 juin 2017
Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2017






.