dimanche 10 janvier 2016

RÉGALERIE* ET REMERCIANCE*








On s'aime dans une douceur de brouillard
Ultra-dense et onctueux
Qui nous fait comme un écrin
Cristallin-merveilleux
Irisé et moelleux
Qui tient pour nous le monde à l'écart

On s'aime comme des bienheureux

Tout commence
Maintenant que j'y repense —
Par un sentiment merveilleux
Enveloppant
Ultra-dense et voluptueux
Caressant comme la chance
Qui me saisit
Tandis qu'à toi je pense
Alors que tu ris et que tu en danses
Dans notre grand lit —
D'autant plus intense
Que nous avons mis
Avec l'aide des déesses et des dieux…
Et de leur brouillard délicatement cotonneux… —
Le monde en oubliance…

Ce grand sentiment merveilleux
Me dit l'unicité de cette chance
Et
Sans savoir qui —
Infiniment…
Je remercie…

Mais je dois à l'honnêteté de dire aussi
Que cette amour que je ressens est si grande
Que j'en bande
Comme un cerf ou un taureau… je n'en trouve plus mes mots —
Mû et ému
Donc —
Par ce sentiment merveilleux que j'ai dit :
Enveloppant
Ultra-dense et voluptueux
Et caressant comme la chance

Comme on le sait depuis Georges
La bandaison ça n'se commande pas
Mais la plus belle de toutes
Sans aucun doute
Et je ne doute pas qu'il savait cela —
Est celle qui nous est donnée par ce sentiment-là

À rire ainsi
Caressants dans notre grand lit
Il est inévitable que vous ne sentiez
À un moment donné
Mon émoi
Qu'à dire vrai vous désirez
De quelque façon que l'on comprenne la chose —
Et que moi
Venant vous voler l'eau de vos baisers
Tout en caressant votre corps et votre gorge
Je ne sente celle de votre autre source
Que chavirée vous m’offrez —
Et qu'inexorablement tout cela
Ne finisse par nous entraîner
Sur le chemin de l'intercourse
Qui — nous le savons bien — nous mène à notre apothéose
C'est-à-dire — au sens ancien 
– Auquel nous redonnons vie par cette osmose —
À ce qui nous rend divins


Et c'est donc pleine d'entrain
Et de délicatesse
Que vous m'offrez à ressentir et à amplifier
Les succions et les ondulations
Aussi involontaires qu'enchanteresses
Par quoi s'exprime toujours de votre délicieux petit conin
Ce sentiment merveilleux que j'ai dit :
Enveloppant
Ultra-dense et voluptueux
Et caressant comme la chance
Mais cette fois au féminin… —
Qui de son onde vous inonde aussi


La suite est un secret sans mystère
Que je préfère taire


Tout ce que je puis dire
C'est qu'à deux jours de tout cela
Dans notre régalerie
Nous en sommes encore là :
Sans savoir qui —
Infiniment…
En caresses ou en silence…
On remercie






Le 10 janvier 2016


* Selon Héloïse Angilbert : Régalerie : régalade au long cours.

* Selon Le Bureau : Remerciance : naît de la débordance du sentiment, et de la connaissance vécue du fait que chaque instant pourrait aussi bien être le dernier.



.