mardi 10 mars 2015

VANITÉ… (Memento vivere)




Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Te souviens-tu de ce temps
Le visage déchiré
Puis raccommodé —
Tu hantais
Des jours après l'opération —
Les terribles couloirs d'un hôpital
Et plus précisément
De son service de maxillo-faciale —
Entouré d'ombres d'hommes
Monstres
Qui
Pour la plupart
Ne pourraient plus jamais
Ô grand jamais… –
Se présenter devant les autres vivants…

Que pensais-tu alors
Avant que l'on ne retire tes pansements —
Que pensais-tu alors
Au milieu de ceux qui sont
Même aux yeux des têtes-de-mort
Des morts-vivants —
Sortis du cercle des vivants ?

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Te souviens-tu de ce temps
Le corps brisé
Tu réapprenais
Dans la douleur —
À marcher…
Plus tremblant sur tes jambes
Que celui qui fait ses premiers pas…
Te souviens-tu de cela ?

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Te souviens-tu de ce temps
Après le retrait de la sonde
Tu réapprenais
Dans la douleur —
À pisser…
Comme celui qui ne pourrait plus jamais pisser…
T'en souviens-tu encore ?

Et te souviens-tu de ce temps
Tu réapprenais
Dans la douleur —
À chier…
Pour n'avoir pas voulu
Pendant plus d'une semaine —
Chier dans tes draps
Comme on t'y invitait…
Te souviens-tu aussi de cela ?

Non…
Bien sûr…
Glorieux…
Tu ne te souviens de rien
Ni de comment tu es re-né
Tu as tout oublié
Dans ta gloire d'ange
Et dans le puissant mouvement de la vie
Qui te fait chanter ses louanges

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Où est celui qui bravait la mort
Sur les circuits du monde entier ?
Et qui lui parle encore…
Et la belle aventurière
Qui courait les mers
Quand pourra-t-elle parler encore ?…

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Celui qui parle
Est un héros
Qu'il le sache ou qu'il l'ignore ! —


Qu'il parle bien
Qu'il parle beau
Qu'il parle tendre et fort !
Que rien n'arrête ses beaux discours…

Qu'il parle d'amour !

Belles Dames
Gentils seigneurs
Le temps est cruel
Le temps est court…

Parlez-vous d'amour !

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !

Dans la puissante volupté de l'amour
Quand vous m'offrez
Tout votre être
Soyeux et dilaté
Par la joie d'aimer
Je vous caresse
Délicat et fort
Comme je caresse
Toute la tendresse du monde
Et puis sa force —
Qui nous échoient
Nous choient et nous emportent…

Et tout mon corps
Rit d'aise et de lasciveté
Dans la joie de vivre
Et de vous aimer

Qui sommes-nous
Pour maudire le monde
Nous qui parlons !
Privilégiés et forts
Quand bien même nous l'ignorons !
Qui sommes-nous pour parler comme des morts !










Le 11 février 2015




Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2015





.