vendredi 30 mai 2014

Dystopie et amour contemplatif — galant








R.C. Vaudey. Poésies III


Les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste. 







Rentier, professeur à la retraite, jeune homme sans tutelle — un sensualiste peut y voir des conditions suffisantes à son art.


*


Les poèmes sensualistes ne sont pas seulement écrits pour que vous les lisiez, mais aussi pour vous inspirer.


*


On ne parle de libertinage idyllique avec quelque exactitude et sérieux qu’en poésie.


*


La poésie sensualiste ne civilise pas sous l’impulsion de sermons sonores, mais sous l’action catalytique d’une geste discrète.


*


Le malheur du moderne n’est pas de devoir vivre une vie médiocre, mais de croire que s’il s’abandonne à ses phantasmes elle ne le sera pas.



*


J’oublie si l’art d’aimer est au nombre des objets perdus, qui, au dire de l’Arioste, se retrouvent dans la lune ; il y doit être — ainsi que la beauté du monde, qui va avec.


*


Le libertinage idyllique est un sourire qui mêle discrètement esprit et respect, puissance et délicatesse.

*



Toute œuvre d’art nous parle d’amour.
Quoi qu’elle dise.










Le 29 mai 2014





.