jeudi 21 juin 2012

Duchamp 68.




Marcel Duchamp
 Le Bec Auer, janvier 1968
Gravure sur papier fait à la main.





Si l'on voulait savoir absolument comment situer la poésie et l'art des sensualistes après Marcel Duchamp – et pour ceux qui aiment les pères et les repères – il faudrait chercher non pas tant du côté de ses œuvres de jeunesse, et donc également de tâtonnements et de destruction, tel qu'on le fait habituellement, mais plutôt dans une de ses toutes dernières œuvres, et donc dans une œuvre d'aboutissement, cette gravure réalisée en 68 – Le Bec Auer – qui représente l'abandon et le “repos éclairé” (c'est le cas de le dire...) sur le pré, de deux amants, les contours de la femme reprenant exactement la partie du corps de Étant donnés etc. et le couple dans son ensemble “rappelant les deux silhouettes enlacées dans le coin en bas à droite du tableau de Matisse La joie de vivre dont Duchamp s'était déjà inspiré en partie dans le Jeune homme et jeune fille dans le printemps en 1911.”
On pourrait même, en poussant le paradoxe, avancer que et l'un et l'autre s'inspiraient du dernier poème d'amour, de 1487, de Ikkyu que pourtant, très vraisemblablement, ni l'un ni l'autre ne connaissaient.
C'est donc à partir de Duchamp 68, des perspectives que Duchamp, consciemment ou inconsciemment, ouvrait et redécouvrait en 68, en aboutissement de ses recherches et des aventures de toute sa vie, que les sensualistes ont pris la clé du champ de la poésie et de l'art contemporains, art contemporain qui de son côté glosait à l'infini ses tâtonnements de jeunesse, ses Ready-made et le reste, et n'en finissait pas (et n'en finit toujours pas...) d'exploiter “commercialistement” ses provocations d'homme jeune et ignorant de ce qui fait le sens de la vie. 
Il le trouva cependant, ce sens, comme beaucoup qui le reconnaissent très tard, et l'indiqua avec finesse et humour, en songeant sans doute au poème de Rimbaud.

Duchamp, en 68 – avec Le Bec Auer – c'est déjà l'Avant-garde sensualiste... c'est-à-dire, entre autres choses  : le renversement du nihilisme en art, qu'il avait si savamment initié.





Avant-garde sensualiste 4. Juillet 2006-mai 2008