dimanche 29 avril 2012

LE PUR MIRACLE DE L'AMOUR



 FLYING CARPET 

30 mars 1994

Acrylique sur toile ; diamètre 160 cm






LE PUR MIRACLE DE L'AMOUR




Comment rendre
La douceur sublime
Proprement irréelle
Nimbée d'or
De tendresse folle
La douceur joueuse et caressante
Qui nous enveloppait il y a quelques jours de cela
Comment rendre
La pure extase de vivre
Dans la tendresse
Dans les rires et dans la joie
Dans les jeux
Où vous gagnez toujours
Les jeux de l'amour d’abord
Où très doux et très courtois
Je savourais
(Tout à l'emportée de ma joie)
Le mouvement
Où je vous laissais gagner
La première
De l'ultime félicité les rivages
Ceux que l'on ne peut aborder que dans une sorte de grand ravage
Et des exclamations extrêmes
Tant on est bouleversé de s’y rejoindre
Vous me serrant si fort contre votre cœur
Palpitant
Ondulant et constrictant de bonheur
Moi goûtant tellement votre victoire
Dans ses débordements d'abord
Et puis dans son long savourement
Sans paroles
Clonique et extatique posément –
Que
Tout à me délecter
Des sensations divines que me procurait votre jouissance
(De ses premiers excès à son épuisement émerveillé)
J'en oubliais presque la mienne
Et où
À la fin
Je vous entendais
Dans une sorte de lointain
Et dans un sourire
Me murmurer ce que vous avez désigné explicitement comme un haïku :
C'est un assassinat pur et simple
Si je ressuscite
Je porte plainte
Comment donc rendre
Cette tendresse
Ces rires
Cette joie
Dans ces jeux
Ceux que l'on nomme
Si joliment
Dans un monde si laid
Les jeux de l'amour
Dont je viens de parler
Et dans les autres ensuite
Ceux que l'on joue
Caressants
Immergés
Côte à côte
Dans la douceur sublime
Proprement irréelle
Nimbée d'or
De tendresse folle
Dans la douceur joueuse et caressante
Et où
Vous gagnez toujours
Faisant mentir le proverbe
Heureuse au jeu, heureuse en amour 
À moins que là également
Très courtois et très doux
Je ne vous laisse gagner
La première
Trop heureux de savourer votre beauté et votre joie… –
Comment rendre tout cela ?
À considérer l’ensemble
Et son caractère sensualistement surnaturel
Il me semble que nous devions les laisser tous
À leurs affaires
Et jouir de ce miracle
Sans nous occuper du reste
Car au vrai nous sommes d’une clique rare
Si rare que je n’en vois ni n’en ai vu nulle part
De pareille
Ni de si belle –
Qui a affaire
Nimbée d'or
Et de tendresse folle
À la merveille des merveilles…
Les grands sentiments sont sans pareils
Les grands sentiments sont sans paroles…




Le 29 mars 2010.












R.C. Vaudey  Journal d'un Libertin-Idyllique (Illuminescences) 2010-2011


.